paysage
Voyages

Hội An et son charme antique

pham doan trieu

Un peu d’histoire

« Hội An a changé plusieurs fois de nom durant son histoire. Le nom "Hội An" suggère qu'à travers les mots ( Hội= "Association") et (An="en paix") cette ville devrait être un endroit où on pouvait se réunir en paix. Avant d'être sous le giron des seigneurs Nguyễn, Hội An se trouvait dans une région très développée du royaume du Champa  du IIè au XIVè siècle. D'après la topographie, elle était au carrefour des fleuves venant du Nord (Cổ Cò, Vĩnh Điền) et du Sud (Trường Giang) que les bateaux de petite et moyenne taille avaient l'habitude d'emprunter fréquemment à cette époque pour atteindre la mer de l'Est à l'estuaire Cửa Đại (le Grand Estuaire). Elle était en quelque sorte le noeud de circulation favorisé par la nature et par la proximité des trois grands marais Trà Quế, Trà Nhiêu et Thi Lai, de l'ilôt Poulo-Cham ou Pulluciampelle (Cù Lao Chàm) et des estuaires Cửa Đại et Cửa Hàn. Selon certains historiens, la région Hội An servit du lieu d'approvisionnement des cités chames sacrées situées en amont :  Mỹ Sơn et Trà Kiệu (Simhapura). Hội An fut connue sous le nom de Lâm Ấp Phố. Son estuaire fut désigné toujours comme celui du Grand Chămpa. (Cửa Đại Chiêm). En tout cas, elle joua un rôle important en matière économique durant la période Cham »( Dang Anh Tuân). 


Situé sur la rive nord de l’embouchure du fleuve Thu Bon, Hoi An s’étend sur 30 ha et dispose d’une zone tampon d’une superficie de 280 ha. Hoi An était un port commercial d’Asie du Sud-Est, unique au Viet Nam, rare dans le monde. Il est un exemple extrêmement bien préservé des petits ports marchands qui, entre le XVe et le XIXe siècle, reçut des bateaux du monde entier (Portugal, France, Angleterre, Japon, Chine, Inde, Hollande). En raison des conditions climatiques (moussons, tempêtes), les bateaux et les commerçants étaient souvent contraints d’y rester quelque temps. Ils se faisaient construire des résidences et des entrepôts. Les chinois, japonais et même français marquèrent l'architecture originale de cette cité. Trop éloigné de la mer, le port s’ensabla progressivement et le trafic partit vers Da Nang. Son déclin, à la fin du XIXe siècle, a permis de conserver à un très haut degré d’authenticité son tissu traditionnel.

«Pendant plusieurs siècles, Hoi An était un lieu de rencontre, d’échange de nombreuse cultures différentes dans le monde, les coutumes autochtones des Viets, ceux des communautés étrangères installées à Hoi An comme culte des phénomènes naturelles: pluie, vent, tonnerre, foudre ou objets sacrés (arbre)...

La communauté Hoa (vietnamiens d'origine chinoise) à Hoi An sert les dieux tutélaires tels que Thien Hau, Quan Cong, Bao Sinh Dai De, bodhisattva. Ces facteurs sociaux ainsi que cette diversité culturelle créent la distinction pour la communauté à Hoi An.

Selon les chercheurs, l’architecture antique de Hoi An était quasiment refaite à partir du début du XIXe siècle bien que son année de construction puisse être plus ancienne. L’architecture antique représentait clairement dans le vieux quartier. Situé dans le quartier Minh An, le vieux quartier couvre une superficie d’envions 2 km2 avec plusieurs vestiges célèbres. Les rues courtes et étroites dans le vieux quartier serpentent comme un échiquier. Le relief s’oriente du nord au sud. Les maisons dans le vieux quartier étaient entièrement faites en matériaux traditionnels comme le bois, la brique et pas plus de deux étages. Les visiteurs reconnaissent facilement les traces du temps non seulement au modèle d’architecture de chaque monument, mais aussi partout: sur le toit yin-yang ouvert les mousses et herbes, sur les murs gris, les sculptures sur lesquels ont été sculptés les animaux bizarre ou les récits anciens… Chaque monument à Hoi An représente aujourd’hui la culture diverse des peuples parce que les artisans talents comme menuiserie, maçonnerie, céramique de vietnamiens, japonais, chinois… ont afflué vers Hoi An.

La diversité culturelle des gens de Hoi An se manifeste dans les plats traditionnels tels que cao lau, hoành thanh, banh to, banh it gai ... Ces plats ont été transmis entre les générations pour qu’aujourd’hui les visiteurs aient la chance de les goûter. La vie a changé au fil des ans mais les gens de Hoi An n’ont pas perdu les chansons, les fêtes culturelle qu'ils connaissent bien ... Les habitants organisent souvent les fêtes, les activité culturelles et les croyantes dans les jours fériés comme Nguyen Tieu (le 16e jour du 1er mois lunaire), Thanh Minh (le 3e mois lunaire), Doan Ngo (le 5e jour du 5e mois lunaire), Trung Thu (le 15e jour du 8e mois lunaire), Trung Cuu (le 9e jour du 9e mois lunaire), Ha Nguyen (le 15e jour du 10e mois lunaire). La soirée culturelle tenue le 14e jour du mois lunaire mensuel est une occasion pour les visiteurs de vivre dans une atmosphère typique de l'identité traditionnelle de Hoi An.

La vieille ville de Hoi An a été reconnue comme Patrimoine Culturel Mondial en décembre 1999, lors de la 23ème session du Comité du Patrimoine Mondial tenue à Marrakech (Maroc). 


pont couvertLieux à visiter à Hôi An

 

  • Le Pont –Pagode (pont couvert) Chua Cau, qui est l’emblème de la ville de Hôi An
  • Les anciennes maisons: Quân Thang (77 rue Tran Phu); Diep Dong Nguyen (80 rue Nguyen Thai Hoc); Tan Ky (101 rue Nguyen Thai Hoc); Phung Hung (4 rue Nguyen Thi Minh Khai); Le temple de la famille de Tran (21 rue Le Loi)
  • L’ancien puits: le puits Ba Le (quartier Minh An)
  • Ancien foyers : Phuoc Kiên (46 rue Trân Phu), Triêu Chau (157 rue Nguyên Duy Hiêu, Quang Dong (17 Trân Phu), Hai Nam (10 Trân Phu)
  • Les musées : Musée de Poterie de Hoi An (80 rue Tran Phu); Musée de la culture de Sa Huynh (149 rue Tran Phu); Musée d’histoire et de culture de Hoi An (07 rue Nguyen Hue); Musée de la Culture populaire de Hoi An (33 rue Nguyen Thai Hoc) ; musée de la culture et d’histoire ; musée de Porterie,
  • Les temples de la famille de Trân, Tân Ky, le temple de Quan Công

 thanh ha gom1D'autres intérêts

  • La plage de Cua Dai et la plage d’An Bang
  • La forêt de cocotiers Bay Mâu
  • L'île de Cham (Cu Lao Cham)
  • Le village des maraîchers de Tra Que
  • Le village de poterie de Thanh Ha
  • Le village de menuiserie de Kim Bong
  • Les tombeaux des marchands japonais : Gu Sokukun, Tani Yajirobei, Banjiro
  • Les spectacles de chant et de danse traditionnels tous les jours (deux séances /jours à 10h15 et à 15h15)
  • L’atelier des tableaux brodés XQ

 lantern hoian hgtravelVie nocturne

Horaires d'été : du 16 Avril au 15 Octobre, de 19h à 21h30

Horaires d'hiver : du 16 Octobre au 15 Avril, de 18h30 à 21h00

  • Fête des lanternes ou fête de pleine lune : 14è jour (calendrier lunaire)
  • Marché nocturne sur la rue Nguyên Hoang de 17h à 23h. Vous y trouverez des produits artisanaux locaux.
  • Spectacle musical folklorique de 19h à 21h tous les soirs au 78 rue Lê Loi

 

 


cao lauQuelques spécialités hoiannais parmi des milliers

  • Cao Lầu : c''est une marque d'identité gastronomique de Hội An. Contrairement aux autres spaghetti, ce cao lầu est préparé à partir de la pâte macérée dans l'eau de cendre (nước tro) du bois des arbres de l'îlot Poulo-Cham (Cù lao Chàm) , ce qui lui donne l'apparence de couleur jaune clair naturel. Selon l'écrivain Hữu Ngọc, si le plat Cao Lẩu ne réussit pas à vous faire une bonne impression, son histoire le fera à sa place car il fut venu à Hội An en même temps que les marchands japonais à la fin du XVIème siècle. Certains d'eux appréciaient la cuisine vietnamienne car ils avaient pour épouses des femmes vietnamiennes. D'autres préféraient garder leurs habitudes et importer la nourriture de leur pays, en particulier le plat de nouilles de riz semblable à celui de Cao Lầu d'aujourd'hui. Mais le spaghetti de Cao Lẩu de Hội An exige une préparation minutieuse et artisanale. Ce n'est plus le cas du Cao Lẩu japonais d'aujourd'hui avec sa pâte produite de façon industrielle. Outre le pont-pagode, l'influence de la contribution japonaise ne se dément pas au fil des ans à travers ce plat incontournable. 
  • Bánh Bao- Bánh Vạc (white rose): c''est une sorte de raviolis farcis  aux crevettes  ayant pour l'enveloppe une pâte de riz très fine et toute blanche. On continue à le nommer "Bông hồng trắng (ou la rose blanche)". C'est le nom donné par les Français à l'époque coloniale. Aujourd'hui, il n'y a qu'un seul établissement qui fournit ce gâteau aux autres restaurants de Hội An. On le mange en le trempant dans du jus de poisson dilué (nước mắm). 
  • Hoành Thánh ( Won ton ): En mangeant ce won-ton frit, on découvre un goût exquis car il y a dans ce plat un mélange subtil et judicieux de saveurs ( sucrée venant de la chair de crevette, acidulée de la tomate, âcre et brûlante des oignons et grasse de la friture de la pâte). Ce won-ton est préparé à partir des pochettes de pâte de blé farcies aux crevettes en hachis. Mais il faut avoir les meilleures crevettes fraîches pour vous laisser un appétit insatiable.
  • Bánh xèo : crêpes farcie de crevettes, de lard et les pousses de soja ( moins grande que sa cousine du Sud du Vietnam) 
  • Bánh bèo : une sorte de "cup cake" salé à la farine de riz , parsemé  de crevette séchées et hachées menu 
  • Chè bắp Cẩm Nam : un entremet à base de maïs, de lait de noix de coco et de sucre
  • Bánh cuốn ou  Bánh ướt : des crêpes à la vapeur, roulées et farcies selon goût
  • Chí mà phù ( chè mè den): un entremet à base de la farine de riz gluant parfumé, lait de noix de coco, sésame noire, haricot mungo sucre en poudre et les herbes et racines médicinales chinoises .

 Nos suggestions du voyage à Hoi An

Visage du Vietnam 14 jours /13 nuits

Secret d'Annam 12 jours/11 nuits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparez votre voyage

Voyages sur mesure

Agence de voyages certifiée

Agence de voyages certifiées
Peuples du Mékong le blog
  • 61 rue du Pressoir
  • 49400 Saumur France
  • contact@peuples-du-mekong.fr
  • 02 41 83 08 46 - 06 30 58 28 37